Décentralisation des ESAT

Publié le

ANDICAT, à l’aube des prochaines élections, tient à réitérer son opposition claire et ferme à la décentralisation des ESAT et au désengagement voulu de l’ETAT à propos de la politique d’emploi protégé.

Plutôt que de s’atteler réellement à la tâche sur ce secteur qui offre des réalités et des perspectives très positives aux personnes handicapées, le ministère choisit la voie de s’en débarrasser.

Cette décentralisation équivaudrait, en fait, à une fuite en avant et à un abandon par l’Etat, de ses responsabilités, alors que de nombreuses questions (financement insuffisant, rigidité de la réglementation, mécanisme appauvrissant des appels à projets, les aides à l’emploi liées à la lourdeur du handicap qui sont inadaptées pour le passage du milieu protégé au milieu ordinaire …), restent en suspens et qu’aucune solution concrète n’est amorcée pour les régler.

Par ailleurs, les réformes incessantes depuis une dizaine d’années (loi du 2 janvier 2002, loi du 11 février 2005, loi HPST de 2009…) malgré l’intérêt de certaines mesures, mettent les associations gestionnaires et les établissements sociaux et médico-sociaux en position d’ajustement permanent et tendu, et les équipes de professionnels comme les usagers, et leurs représentants, dans l’opacité et l’incompréhension des dispositifs ; ce qui est synonyme de difficulté d’accès aux droits et de forte rupture du « terrain » avec des administrations tentaculaires et illisibles ainsi qu’avec des instances (hauts-conseils, agences, observatoires, commissions diverses…) dont l’inflation galopante relève davantage d’objectifs ergothérapiques que d’une volonté de réelle concertation !

Pourquoi en rajouter dans une nième réforme de structure alors que les dispositifs actuels ne sont pas assimilés ?

Il n’est que temps plutôt que de refaire à l’infini des architectures toutes aussi complexes et injustifiées les unes que les autres, de s’attacher à la réalité, aux potentialités et aux réalisations et de s’approcher plus intelligemment des besoins et des attentes des personnes handicapées et de leurs proches.

La ministre en charge de la politique du handicap doit s’exprimer (on ne l’entend jamais !) pour défendre et soutenir un secteur qui permet, dans une société en difficulté, à 120 000 travailleurs handicapés d’exercer une activité professionnelle adaptée et d’acquérir des droits réels à la citoyenneté.

Très choquée par l’absence d’un dialogue réel avec les pouvoirs publics, ANDICAT réaffirme encore avec force, ses positions sur l’ensemble du territoire avec ses partenaires associatifs.

 

Gérard ZRIBI 

Président d’ANDICAT




Annuaire

Retrouvez les ESAT de France



Andicat
12 rue Mayran
75009 Paris
Tél. : 01 42 40 15 28

Mentions légales
©ANDICAT 2018
x
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'établir de manière anonyme des statistiques de consultation. Valider